en

Les Canadiens méritent des salaires décents

Actuellement, près d’un travailleur canadien sur cinq gagne moins de 15 $ l’heure. L’heure est venue d’instaurer la justice. Appuyez l’établissement d’un plan pour mettre en œuvre un salaire minimum fédéral de 15 $ l’heure.
Ajoutez votre voix

Les syndicats du Canada réclament un salaire minimum de 15 $ l’heure pour réduire l’écart salarial entre les genres et l’inégalité et rendre la vie plus facile aux travailleurs et travailleuses et à leurs familles.

Une augmentation pour les personnes qui en ont besoin

Nous entendons souvent dire que les personnes à bas salaire sont des jeunes travailleuses et travailleurs qui vivent chez leurs parents et qui n’ont pas vraiment besoin d’argent pour survivre. Nous entendons dire aussi que le fait de hausser le salaire minimum n’aura pour effet que de nuire à ces personnes car il leur serait plus difficile de se lancer sur le marché du travail.

Bien qu’un grand nombre de jeunes aient des emplois à bas salaire, de nombreux adultes aussi en occupent. Les femmes et les personnes racialisées sont surreprésentées dans les emplois à bas salaire.

En fait, 22 % des femmes gagnent moins de 15 l’heure, par rapport à seulement 14 % des hommes. Dans la compétence fédérale, près du tiers des personnes travaillant au salaire minimum sont des immigrantes et immigrants, bon nombre d’entre eux étant de couleur. Les personnes les plus vieilles travaillant au salaire minimum sont plus susceptibles de travailler à temps partiel qu’à plein temps.

Nous savons en outre que lorsque le salaire minimum augmente, les personnes gagnant un peu plus que le salaire minimum voient elles aussi augmenter leur salaire.

Des études ont indiqué que même des personnes gagnant jusqu’à deux fois le salaire minimum voient augmenter leur rémunération par effet d’entraînement quand il est haussé. Il est notable que cet effet sur les bas salaires profite le plus aux jeunes et aux femmes.

Indexer le salaire minimum pour bâtir une économie forte

Les personnes travaillant au salaire minimum sont plus susceptibles d’avoir un diplôme d’études postsecondaires qu’il y a 20 ans. Mais si le coût de la vie n’a pas cessé d’augmenter depuis quelques décennies, on ne peut pas en dire autant du salaire de la travailleuse ou du travailleur typique.

L’établissement d’un salaire minimum fédéral qui serait indexé sur l’inflation fixerait une norme nationale élevée que les législations provinciales et territoriales sur le salaire minimum seraient appelées à atteindre.

Même si certaines personnes prétendaient que le ciel allait nous tomber sur la tête par suite des récentes majorations du salaire minimum provincial, celles-ci ont eu un effet négligeable sur les taux de chômage et n’ont pas fait galoper l’inflation. De plus, rien n’indique que les taux d’emploi des personnes de 15 à 24 ans diminueront à long terme en raison de la hausse du salaire minimum.

En fait, une étude récente sur 318 augmentations du salaire minimum aux É.-U. de 1979 à 2016 révèle qu’il n’y a pas eu de perte nette d’emploi chez les personnes influencées au cours de la période de cinq ans suivant l’entrée en vigueur de chaque hausse du salaire minimum.

Le Canada peut créer de bons emplois et du travail décent pour tous.

Améliorer la vie de tous les Canadiens et les Canadiennes

Le gouvernement actuel a été élu parce qu’il s’engageait à établir un salaire minimum fédéral. Les syndicats du Canada s’efforcent de voir à ce qu’il tienne les promesses qu’il a faites et améliore la vie des Canadiennes et Canadiens.

Puisque le salaire minimum fédéral de 15 $ compte parmi les principales priorités indiquées dans la lettre de mandat de la ministre du Travail, nous avons pour tâche de nous assurer que la hausse de salaire profite au plus grand nombre possible de travailleurs et travailleuses.

Des dizaines de milliers de personnes travaillant dans des secteurs réglementés par le gouvernement fédéral, tels que ceux des transports, des banques, des communications et de la radiodiffusion, bénéficieraient directement d’un salaire minimum fédéral de 15 $ l’heure. En 2017, près de 70 000 personnes travaillant dans le secteur privé sous réglementation fédérale gagnaient moins de 15 $ par heure.

Et il n’y a pas que ceux-là qui en bénéficieraient : l’établissement d’un salaire minimum fédéral de 15 $ l’heure encouragerait les gouvernements provinciaux et territoriaux à suivre l’exemple fédéral, ce dont bénéficieraient directement près de 2,8 millions d’autres travailleurs et travailleuses.

Des recherches indiquent que la majoration du salaire minimum peut être un efficace instrument de réduction de la pauvreté et de l’inégalité, comme par exemple l’écart salarial entre les sexes.

Vu ses nombreux avantages directs et secondaires, la hausse pourrait améliorer la vie de millions de travailleurs et travailleuses dans tout le Canada.

L’heure de la justice est venue — les Canadiens méritent des salaires décents.